Le 1er novembre dernier, la Banque TD et la Banque Royale ont haussé leur taux d’intérêt préférentiel sur les hypothèques à taux variable.  Or, selon la Fédération des chambres immobilières du Québec, ces deux vagues de hausses font suite à des éléments bien différents.  La première hausse est une résultante des nouvelles mesures imposées par le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) qui obligent les banques à conserver une plus grande réserve de liquidités pour les prêts hupothécaires assurés.  La seconde vague de hausses résulte de l’élection de Donald trump à la présidence des États-Unis.

Par ailleurs, le gouvernement fédéral est présentement en période de consultation afin de modifier le partage de risque entre les assureurs hypothécaires et les prêteurs hypothécaires.  Le gouvernement aimerait que ces derniers assument une plus grande part de risque en cas de défaut de paiement de l’emprunteur.  Cette hausse de risque pour les banques devrait se traduire par une hausse des taux d’intérêt hypothécaires.

 

À propos de l'auteur
4 articles à son actif

Myriam Vallée

184 queries in 1,040 seconds.
À propos de ce site
Outils